Dimanche 6 Mai 2018
Orta San Giulio > Stresa 

8h00 : c'est parti pour une journée qui s'annonce chargée ! Au programme : visite du village d'Orta San Giulio et de l'île San Giulio, puis direction Stresa pour découvrir les îles Borromées.

Nous nous rendons dans la salle du petit-déjeuner où un copieux buffet nous attend. Au menu : viennoiseries, donuts, jambon cru, fromages italiens et fruits frais. Un délice ! Puis nous sommes rejoints par un sympathique couple de retraités anglais avec qui nous échangeons sur nos itinéraires respectifs.

Avant de partir, Seb immortalise notre B&B et son magnifique jardin.

Avec ce soleil et cette vue, difficile de résister à l'envie de piquer une tête dans la piscine !

Nous voici de retour à Orta San Giulio où, contrairement à la veille, nous avons pu nous garer facilement. Nous empruntons de jolies ruelles pavées de galets pour rejoindre le bord du lac.

Le village commence à s'animer, les restaurateurs installent les terrasses et les commerçants attendent le chaland, assis tranquillement sur le pas de la porte. Ca parle fort, ça chante, ça rit : pas de doute, nous sommes bien en Italie !

Lors de la préparation du voyage, nous avions repéré ce charmant petit hôtel situé en plein cœur du village mais le stationnement difficile nous avait fait renoncer. Finalement, aucun regret de s'être rabattus sur le Calathea B&B !

Nous voici sur la piazza Motta avec ses arcades et ses fresques signées Visconti.

Nous nous dirigeons ensuite vers l'embarcadère où nous prenons un bateau pour rallier l'île de San Giulio (A/R 4,50€). Comptez un bateau toutes les 10-15 minutes en cette saison.

En plus d'être agréable, cette balade sur l'eau offre un point de vue inédit sur le village d'Orta San Giulio.

Cette île de carte postale est dominée par l'antique palais des évêques. Aujourd'hui transformé en couvent, il accueille une communauté de nonnes ayant fait vœu de silence.

D'ailleurs, dans les ruelles, des écriteaux tous les 30m rappellent la nécessité de ne pas élever la voix.

Cette petite place offre une vue sur la basilique de San Giulio datant du XIIème siècle. Selon la légende, saint Jules voulut poser le pied sur cette île au VIème siècle afin de l'évangéliser. Tout le monde le prit pour un fou car l'île était, paraît-il, peuplée de serpents, dragons et autres monstres terrifiants. Ne trouvant aucun passeur, ce cher Jules enleva son manteau, l'étendit sur l'eau et partit pour l'île à la rame. Arrivé à destination, il élimina les affreuses bêbêtes et bâtit sa 100ème église.

Après avoir fait le tour de cette petite île, nous entreprenons de visiter la basilique. Malheureusement, nous trouvons porte close car un office est en cours. Qui a dit que les italiens n'étaient pas croyants ?!

Nous faisons donc demi-tour et reprenons le bateau direction Orta San Giulio.

Nous poursuivons la visite du village là où nous l'avions interrompue.

Je laisse Seb monter à l'église Santa Maria Assunta car ça grimpe sec ! A l'intérieur, le style est très baroque.

Un dernier tour au bord du lac puis il est temps de partir...

Nous reprenons la voiture à 12h00 direction le lac Majeur.

Pour nous y rendre, nous passons par le Mottarone (1492m), l'un des balcons naturels les plus remarquables du Piémont. Ce sommet offre à la fois une vue sur le lac d'Orta, ...

Sur le massif du Mont-Rose (4634m), ...

Et sur le lac Majeur.

En redescendant, nous découvrons que la portion de route entre Monttarone et Alpino est payante au motif qu'il s'agit d'une réserve naturelle. Dommage que les 8€ déboursés par chaque voiture ne servent pas à refaire la route car bonjour les nids-de-poule !

Il est 14h00 lorsque nous arrivons à la très chic station balnéaire de Stresa.

Nous trouvons facilement une place sur un petit parking situé derrière le Regina Palace. La météo est estivale et le thermomètre affiche un joli 25°C. La ville de Stresa ne possédant pas un intérêt particulier hormis ses luxueuses villas et ses palaces, nous nous rendons directement sur la rive du lac pour visiter les îles Borromées.

Commence alors un long parcours du combattant… En effet, pour se rendre aux îles Borromées, 2 choix s'offrent à nous : prendre le ferry-boat ou louer les services d'une compagnie privée. La plupart des guides déconseillent le ferry car l'attente est souvent très longue le temps que le bateau se remplisse. Nous optons donc pour une compagnie privée proposant un départ toutes les 30 min pour le même tarif (6,80€/pers). Une fois devant l'embarcadère de la compagnie, nous rejoignons une cinquantaine de personnes en train de faire la queue en plein cagnard. Au bout d'1/4h, un bateau arrive et embarque la quasi-totalité des touristes. Nous restons 3 couples sur le quai à attendre le prochain bateau qui doit arriver 1/2 plus tard. Problème, 1h30 passe et aucun bateau ne revient. Seb finit par se rendre au guichet de l'embarcadère pour exprimer son mécontentement. Confus, l'un des employés nous rejoint sur le quai et interpelle avec son talkie-walkie le bateau le plus proche. 5 min plus tard, un bateau appartenant à une compagnie concurrente arrive et nous prend en charge tous les 6. Dans notre malchance, nous bénéficions d'une navette privée pour nous rendre sur Isola Bella !   

Quelques minutes suffisent pour rallier Isola Bella.

Une fois sur l'île, pas de temps à perdre ! Nous remontons une ruelle bondée de monde direction le palazzo. Avant de prendre nos billets pour la visite, nous faisons une pause sur l'élégante terrasse.

Les îles Borromées sont au nombre de quatre mais seules trois se visitent. Cet archipel porte le nom de la puissante famille de la noblesse toscane qui l'acheta. Ces îles sont célèbres pour leurs palais et jardins à l'italienne en terrasses. Ici, nous apercevons Isola Madre, moins baroque et plus botanique qu'Isola Bella...

Et voici Isola dei Pescatori, un petit village de pêcheurs que nous avons prévu de visiter après.

Il est 17h00 lorsque nous commençons la visite du palazzo. A l'origine, nous voulions visiter uniquement le jardin mais le billet (16€/pers) inclus obligatoirement les deux. Dommage !

Nous effectuons la visite au pas de course, d'autant qu'il n'y a aucun panneau d'explication. L'audioguide (en supplément) est donc vivement conseillé pour comprendre l'histoire de ce palais bâti à partir de 1650. La visite suit un parcours précis où l'on traverse de nombreuses galeries de peintures datant de la Renaissance puis on enchaîne avec les pièces de vie (salle du trône, chambre de la reine, salle de musique) à la décoration toujours plus chargée.

Gare au torticolis en admirant ce plafond haut de 24 mètres ! Pour la petite histoire, ce grand salon n'a jamais été utilisé car sa résonnance est telle qu'elle ferait tourner de l'œil le premier musicien venu !

1/2h plus tard, la visite est terminée et nous accédons enfin aux jardins. Nous traversons une succession de petites terrasses pleines de charme avant de déboucher sur le grand théâtre. 

Cet imposant édifice est constitué de 3 niveaux et surmonté d'une licorne, symbole des Borromée.

L'épanouissement de la végétation est favorisée par le climat exceptionnellement doux et bien arrosé de la région des grands lacs.

De majestueux paons blancs arpentent les allées des jardins.

Le printemps, période de floraison des azalées, camélias et rhododendrons, est la meilleure saison pour visiter les îles Borromées.

Nous quittons le jardin du palazzo, émerveillés par cette profusion de fleurs et de sculptures. Le dernier bateau pour Stresa étant à 18h30, nous en profitons pour boire un verre en terrasse, à l'ombre d'une glycine.

De retour à Stresa, nous commençons à en avoir plein les jambes et je ressens le besoin de me reposer avant de ressortir ce soir. Nous décidons de ne pas nous rendre à Isola dei Pescatori préférant rejoindre directement le B&B que nous avons réservé pour ce soir. Ce dernier est situé sur les hauteurs de Stresa. Un conseil si vous souhaitez vous rendre à la villa Rubino : ne suivez pas Google Map, attendez de recevoir les instructions de Daniela par mail. Sinon, vous risquez d'y laisser un rétro tellement les ruelles sont étroites…

A notre arrivée, nous sommes accueillis chaleureusement par la propriétaire Daniela et sa fille Giulia. La maison est encore plus belle que ce que nous imaginions ! Ce voyage étant le dernier avant un long moment, nous avons décidé de nous faire plaisir sur les hébergements.

Voici notre chambre avec terrasse privative et vue sur le lac.

Puis Daniela nous propose un rafraîchissement sur la terrasse. Dans un français parfait, elle nous explique que nous nous trouvons dans son ancienne maison de vacances. A la retraite, elle a quitté Milan pour Stresa où elle possédait une maison de famille. La vieille bâtisse a été rasée et remplacée par cette magnifique villa. Nous sommes ensuite rejoints par Giulia qui nous amène des pâtisseries locales. Ayant tous deux très faim, nous lui demandons quelle est la meilleure pizzeria de Stresa. Elle répond sans hésiter Il Papagallo et nous propose d'appeler pour réserver une table.

Nous nous rendons à la pizzeria à 20h00 située dans le centre-ville. Le cadre est charmant, nous sommes installés sous un patio recouvert de vignes. Les serveurs sont sympas et les pizzas délicieuses ! Seul bémol : en plein milieu du repas, un gros orage éclate et nous oblige à nous replier. Nous attendrons plus d'une heure que la pluie se calme pour sortir du restaurant, en vain. Nous rentrons à la villa trempés de la tête aux pieds ! Nous apprendrons plus tard que cet orage a provoqué d'importants dégâts sur les rives d'un autre lac...

Villa Rubino

Perchée sur les hauteurs de Stresa, cette magnifique villa est sans conteste la meilleure chambre d'hôtes de notre séjour ! Daniela et Giulia sont d'excellentes hôtes, à la fois bavardes et à l'écoute de leurs invités. La chambre est agréable, lumineuse et dispose d'une salle de bain haut de gamme. La villa est entourée d'un jardin luxuriant avec spa et chaises longues. Le buffet du petit-déjeuner est copieux (fromages locaux, jus de fruits frais et gâteaux maison) et servi sur la terrasse offrant une vue imprenable sur le lac Majeur. Parking sécurisé. Petit plus : hôte parlant couramment français et anglais.

Réservation ici : V illa Rubino 

Distance parcourue : 54 km

Temps de route : 1h45 

Météo : temps ensoleillé puis orageux en soirée