Vendredi 11 Mai 2018
Brescia > Riva del Garda

Ce matin, le réveil retentit à 9h00. Nous nous préparons puis direction la salle du petit-déjeuner où nous attend un copieux buffet. Nous nous installons sur la jolie terrasse pour profiter des rayons du soleil.

Aujourd'hui, nous avons prévu de visiter le Complexe Monastique de Santa Giulia. Ce dernier se situe dans le centre historique de Brescia où nous nous sommes baladés la veille.

Ce site a été inscrit au Patrimoine de l'humanité en 2011 comme témoignage d'un "lieu de pouvoir lombard".

Nous achetons le billet groupé avec la visite du parc archéologique de Brixia (15€/pers) et démarrons la visite à 11h30.

Le rez-de-chaussée du musée est consacré à l'histoire du monastère depuis sa fondation en 753 jusqu'au XVème siècle.

Puis nous nous dirigeons vers la partie romaine où se trouve l'un des trésors de ce musée : la Victoire ailée datant du IIIème siècle avant J.-C. Mais lorsque nous arrivons devant cette dernière, elle n'a plus d'ailes ni de bras alors qu'elle est présentée avec sur notre dépliant ! Nous en déduisons que la statue a été démembrée pour être restaurée. Des statues en kit, ils sont fous ces romains ^^

Rassurez-vous, il ne s'agit pas de la croix gammée nazie mais de "Svastika". Dans la majorité des cultures de l'antiquité et encore aujourd'hui en Asie, c'est un signe positif synonyme de bon augure.

Alors que nous nous dirigeons vers les Domus dell' Ortaglia, une gardienne nous barre le passage prétextant que nous devons d'abord finir de visiter le rez-de-chaussée avant d'entrer dans cette salle. Nous lui montrons le plan et insistons sur le fait que nous ne faisons que suivre l'itinéraire de la visite. Mais la gardienne (qui ne parle qu'italien) ne veut rien savoir et continue de nous refuser l'accès à cette salle. Nous lui expliquons alors calmement que ce musée est immense (13 000m² !), avec un fléchage très discret, et que nous n'allons pas passer notre temps à faire des allers/retours. Notre cerbère finit alors par céder et appelle une de ses collègues qui restera postée derrière nous durant toute la visite de la villa ! Plus tard, nous comprenons qu'un surveillant doit absolument être présent dans une salle dès lors qu'il y a des visiteurs. A chaque fois que nous entrons dans une pièce vide, nous entendons le gardien de la salle précédente appeler un de ses collègues pour venir nous surveiller. Cela peut se comprendre mais ce flicage devient vite désagréable…

Revenons à nos Domus dell'Ortaglia (littéralement "les maisons du potager") qui doivent leur nom à leur situation dans ce qui allait devenir le jardin de la cuisine du monastère. Ce site archéologique de 1000m² permet "d'entrer" dans 2 habitations romaines.

Nous sommes impressionnés par l'état de conservation de ces fresques et mosaïques datant du IIème siècle après J.-C.

L'une des villas est également appelée la Domus de Dionysos en raison de cette mosaïque.

Réaliser une mosaïque doit être un vrai jeu de patience !

Nous entrons ensuite dans la partie consacrée au Moyen-Age.

Nous voici dans la basilique de San Salvatore dont les colonnes à chapiteaux sculptés (tous différents) témoignent des phases de construction de l'édifice.

Le complexe monastique de San Giulia compte plusieurs cours telles que celle-ci.

Nous terminons la visite à 13h00 sans avoir trouvé l'église de San Giulia. Ce musée est très intéressant mais le plan remis à l'entrée est incompréhensible ; les lettres et les couleurs des différentes salles ne correspondent pas au fléchage ! Quant aux gardiens, ils parlent uniquement italien et sont moyennement agréables... Certes, Brescia est encore méconnue des touristes mais son musée est tellement riche et complet qu'il mérite bien quelques aménagements.

Nous nous rendons ensuite au parc archéologique de Brixia situé à deux pas du complexe monastique.

Situé face à la piazza del Foro, c'est le cœur de l'ancienne cité romaine.

Après avoir passé nos billets dans un portique, nous voici devant le Capitolium. Dédié aux dieux Jupiter, Junon et Minerve, cet immense temple a été bâti en 74 après J.-C.

La visite commence en sous-sol où nous découvrons un sanctuaire datant du Ier siècle avant J.-C. Nous sommes bluffés par l'état de conservation de ces fresques en trompe l’œil ! Au sol, on aperçoit les anciens emplacements des vraies colonnes.

La suite de la visite se poursuit dans le temple où trône une maquette de l'ancien forum de Brixia.

La visite se termine avec ce qui reste de l'ancien théâtre construit à l'époque d'Auguste. Dommage que ces affreux disques (censés être de l'art moderne...) viennent gâcher le paysage.

Nous quittons Brescia à 14h00 direction le dernier lac de notre périple : le lac de Garde. Ce dernier est le plus grand et le moins encaissé des lacs italiens.

1h30 plus tard, nous voici arrivés à Sirmione située au sud du lac, au bout d'une presqu'île de 4km de long. L'endroit est très touristique et les places de stationnement sont chères. Nous tombons sur une exposition de voitures historiques ayant participé aux Mille Miglia, une course mythique disputée entre 1927 et 1957.

Mon pilote ^^

Édifié au XIIIème siècle, le château des Scaligeri marque l'entrée de la ville. L'intérieur ne se visite pas, seuls le chemin de ronde et la terrasse du donjon sont accessibles moyennant 5€/pers.

Le château étant entouré d'eau, l'accès se fait via un pont-levis tel que celui-ci.

Durant les tempêtes, les bateaux venaient s'abriter dans ce bassin fortifié.

Une fois dans le village, nous nous mettons en quête d'une pizzeria car il est 16h00 et nous n'avons toujours pas mangé. Nous nous installons à la terrasse de l'hôtel Flaminia offrant une vue sur le lac. En revanche, pour ce qui est de la saveur des pizzas, on repassera...

Une fois notre repas terminé, nous nous promenons dans les ruelles de Sirmione où il est parfois difficile de se frayer un chemin tant la foule est dense ! Il faut reconnaître que l'architecture et le fleurissement des maisons sont remarquables.

Agacés par cette foule, nous décidons de prendre le large et nous dirigeons vers l’extrémité de la péninsule. En chemin, nous découvrons le parc Maria Callas en hommage à la célèbre cantatrice qui venait régulièrement à Sirmione.

Voici la villa ayant appartenu à Giovan Battista Meneghini, le premier mari de la Callas. Peu avant sa mort, en 1977, la célèbre soprano grecque aurait confié à un ami : "J'ai la nostalgie de Sirmione".

Nous savourons pleinement ce grand bol d'air frais loin des rues bondées ! Dommage que le temps soit en train de tourner à l'orage...

A 17h30, nous débutons la visite de Grotte di Catullo située à l'extrémité de la péninsule de Sirmione (6€/pers). Les ruines de cette immense villa romaine datant de la fin du 1er siècle avant J.-C., comptent parmi les mieux conservées de toute l'Italie. Au-delà de son intérêt archéologique, Grotte di Catullo séduit de par son site enchanteur de 2 hectares parsemé de lauriers et d'oliviers.

Et que dire de cette vue sur le lac de Garde !

Le terme "grotte" désigne ces compartiments écroulés et couverts par la végétation dans lesquels il est possible d'entrer comme à l'intérieur de cavités naturelles. 

Vaste et imposante, cette villa aurait appartenu à la famille de Catulle, célèbre poète mort en 54 avant J.-C.

C'est impressionnant de voir ces arches encore debout 2000 ans plus tard !

Fin de la visite à 18h00. Nous avons beaucoup aimé Grotte di Catullo pour son agréable promenade entre ruines et verdure. Un conseil : prévoyez une bonne paire de baskets car le site est grand ! Nous retournons ensuite dans le centre-ville où nous dégustons 2 énoooormes glaces aux parfums plutôt atypiques.

Nous quittons Sirmione à 19h30 direction Riva del Garda située au nord du lac de Garde.

Arrivée à Riva del Garda à 20h30. Nichée au fond d'une baie magnifique, au pied du mont Brione, il s'agit de la 2ème ville du lac après Desenzano.

Pour notre dernière nuit en Italie, nous avons réservé une chambre à l'hôtel Bellariva situé sur les rives du lac. Lors de notre arrivée, nous sommes accueillis en allemand et non en italien ! Cela surprend mais s'explique : la partie nord du lac de Garde appartient à la région du Trentin-Haut-Adige, autrichienne jusqu'en 1919. Après nous avoir remis les clés, la réceptionniste nous invite à garer notre voiture au parking public et envoie un voiturier nous chercher pour nous ramener à l'hôtel. Rien à dire, l'organisation est top !

 

Quant à la chambre, elle est neuve et moderne avec un balcon offrant une vue imprenable sur le lac.

Le soir, nous commandons une pizza à la pizzeria de l'hôtel puis nous tombons rapidement dans les bras de Morphée.

Hôtel Bellariva 

Situé sur les rives du lac de Garde, dans un joli paysage montagneux, l'hôtel Bellariva est entièrement neuf. Il dispose d'un toit terrasse avec bar, transats et jacuzzis, offrant une vue imprenable sur le lac. Les chambres sont modernes, tout confort (literie de qualité, douche à l'italienne, WC séparés, climatisation, minibar, etc...) et chacune possède un balcon. Le Bellariva compte une pizzeria et un restaurant servant une délicieuse cuisine italienne. Salle à manger donnant sur le lac. Petit-déjeuner gargantuesque (et compris) allant même jusqu'à proposer des rayons de miel en provenance directe de la ruche ! Accueil professionnel et service de voiturier.

Réservation ici : Hôtel Bellariva

Distance parcourue : 144 km

Temps de route : 2h45

Météo : temps ensoleillé puis orageux en fin de journée