Samedi 23 Août 2014
Furnace Creek > Lee Vining

Réveil matinal à 6h30 pour éviter la fournaise de la journée. Après un rapide petit-déjeuner, nous quittons le bungalow. 

Dehors, il fait déjà 33°C !

Une fois les clés rendues à la réception, nous immortalisons l’entrée du ranch. Sachez que c'est ici même que fut enregistré le 10 juillet 1913 le record absolu de chaleur sur Terre avec 56,7°C à l'ombre !

Face au ranch est exposé ce convoi qui servit aux pionniers qui arrivèrent ici en 1849. Il était notamment utilisé pour transporter le borax, un minerai présent en grande quantité dans la Death Valley. 

Nous quittons Furnace Creek à 7h30. 10 minutes plus tard, nous voici sur le trail de Golden Canyon.
 

A l'entrée du chemin, un panneau nous met en garde sur les dangers de la chaleur. Nous lisons également que le parc est peuplé de serpents à sonnette, de scorpions et de veuves noires... Il est rare de croiser tout ce beau monde en pleine journée mais nous ferons tout de même attention où poser les pieds !

Golden Canyon tire son nom de la couleur jaune des falaises. Impossible de se perdre, il suffit de suivre le wash.

 

Pour les cinéphiles, George Lucas a choisi de tourner certaines scènes du tout premier Star Wars dans ce canyon.

Après 1/2h de marche, nous décidons de faire demi-tour car la chaleur commence à se faire sentir et le programme de la matinée est assez chargé.

Nous reprenons la voiture en direction de Zabriskie Point. Je connais déjà ce point de vue contrairement à Nella qui le découvre pour la première fois. Il n'y a pas un brin de vent, ça change d'hier !

L'érosion de la roche a créé un paysage de toute beauté. Le lieu incite à la contemplation...

Depuis ce point de vue, il est possible de rejoindre Golden Canyon via un trail de 5km qui serpente à travers ces badlands dorés.

Nous prenons ensuite la direction de Dante's View.

Lorsque nous arrivons à 9h00, la température a chuté à 23°C. Il faut dire que ce point de vue panoramique est situé à 1676 mètres d'altitude. D'ici, on embrasse l'ensemble de la Death Valley

Derrière nous, le paysage est plutôt aride... Pour info, la dernière partie de la route grimpe vraiment fort (15%), mieux vaut couper la clim' lors des fortes chaleurs pour éviter une surchauffe du moteur. Cette portion est d’ailleurs interdite aux camping-cars.

Après 20min de contemplation, nous quittons Dante’s View afin de nous rendre au cœur de la vallée.

1h00 plus tard nous voici à Badwater. Il s'agit du point le plus bas d'Amérique du Nord à 85,5 mètres sous le niveau de la mer. Ici, la température flirte avec les 34°C. 

Si vous avez de bons yeux, vous pouvez apercevoir une tache blanche au milieu de la falaise, au-dessus de la personne située sur le ponton.

Il s'agit du panneau indiquant le niveau de la mer.

Nous nous engageons sur cette vaste entendue recouverte d'un épais dépôt de sel et de boue séchée. Ce dépôt s'est formé il y a plus de 3000 ans lors de l'évaporation progressive du Manly Lake. On estime aujourd'hui que l'épaisseur de la croûte de sel est de 300m !

 

Face à nous se dresse Telescop Peak culminant à 3366 mètres. Que de contrastes !

Nous ne nous attardons pas dans ce lieu hostile car le soleil qui réverbère sur le sol blanc nous grille les mollets !

A côté du parking se trouve une source ayant donné le nom de Badwater à ce lieu. Vu le taux de salinité, mieux vaut éviter de remplir sa gourde avec cette eau !

A 10h30, nous nous dirigeons vers l’étape suivante : Natural Bridge Canyon. Après avoir emprunté une courte piste (heureusement sans crevaison !), nous arrivons sur un parking désert.

Ce trail de 1,5km permet d'admirer un pont naturel. Nous nous engageons dans le canyon où règne un silence absolu, presque angoissant...

Après 10 minutes de marche, nous atteignons Natural Bridge. Sa taille est impressionnante lorsque l'on se trouve en-dessous !

Ce sera notre dernière randonnée de la journée car la chaleur devient vraiment pesante.

Nous poursuivons notre route jusqu’à Devil’s Golf Course (littéralement "le terrain de golf du diable") nommé ainsi par le National Park Service en 1934 qui estima que "seul le diable pourrait jouer au golf sur un tel parcours " ! Eh bien manifestement non car nous rencontrons sur le parking un groupe d’américains en train de faire quelques swings sur l’étendue de sel. Le clin d’œil nous fait sourire.

Le sol est constitué de gros blocs de sel acérés et de boue séchée qui craquent sous l'effet de la chaleur. Plutôt hostile comme endroit, d'autant que le thermomètre vient de dépasser les 40°C à l'ombre. Faut-il encore en trouver...

Nous empruntons ensuite Artist Drive, une petite route en sens unique qui s'élève sur les flancs montagneux de la vallée.

Arrêt à Artist Palette, une curiosité naturelle qui justifie le détour. Les dépôts de minéraux (fer, manganèse, mica...) donnent à la roche ces différentes couleurs. Un vrai régal pour les yeux !
 

Enfin, pas pour tout le monde. En effet, nous entendons une française dire à son mari sur un ton accusateur : "Et c'est pour voir ca que tu m'as fait venir ici ?". Ambiance !

Sur la route menant au Visitor Center, nous croisons cette autre curiosité ! Il s'agit d'un bloc de basalte que le vent et le sable ont érodé jusqu’à mi-hauteur.

Lorsque nous arrivons au Visitor Center à 12h30, il fait 44°C avec seulement 12% d'humidité. Le maximum de la journée est annoncé à 47°C.

En repartant, nous empruntons une petite piste qui traverse Mustard Canyon.

Après 10 minutes de route, nous voyons une longue bande de sable se dessiner. Ce sont les Mesquite Sand Dunes, un véritable Sahara dans l’Ouest américain !

Séduits par l’endroit, nous nous y aventurons afin d'obtenir de meilleurs clichés. Dommage qu’il fasse trop chaud pour randonner jusqu'à la plus haute dune. L'endroit doit être magnifique au sunset ou au sunrise.

Après 15 minutes de contemplation, nous reprenons la route à 13h30.

10 minutes plus tard, arrêt à Stovepipe Wells pour une pause sandwich. Ce lieu paumé est le dernier ravitaillement possible avant 100km. Sur le parking, nous apercevons plusieurs voitures camouflées. Les constructeurs automobiles viennent souvent réaliser des tests dans la Death Valley afin de confronter leurs véhicules à des conditions extrêmes avant commercialisation.

Avec cette chaleur, même les oiseaux ont soif !

Un dernier regard sur la Vallée de la Mort qui fut vraiment une belle découverte ! Nous avons eu un véritable coup de cœur pour ce parc bien loin de l'image plate et désertique qu'on lui prête souvent.

A 14h00, Nella prend le volant direction Lee Vining situé à 365 km d'ici.

A 15h30, nous faisons un arrêt à Lone Pine. Cette petite ville située aux pieds des Alabama Hills fut fondée lors de la Ruée vers l’or.

C’est aussi l’une des plus importantes annexes d'Hollywood : près de 400 westerns furent tournés dans les environs. Le dernier en date est l’excellent Django de Quentin Tarantino. D’ailleurs, le chariot du dentiste est exposé dans le petit musée retraçant la vie cinématographique de la ville. Initialement, nous avions prévu de le visiter mais une fois sur place, nous nous apercevons que nous ne connaissons pas la plupart des films tournés ici. Nous nous contentons donc de quelques photos de l’extérieur.

Nous repartons à 15h40. La route traverse la très belle vallée de l'Owens entourée de la Sierra Nevada et des White Mountains.

Ici, chaque ranch possède un porche à son nom.

Sur les conseils de Road Trippin, nous empruntons la CA 120 pour rejoindre Lee Vining. Nous ne le regretterons pas, cette route ressemble à des montagnes russes ! La DDE du coin ne s’est pas embêtée, elle a fait une route toute droite qui suit le relief de la plaine. Sensations fortes garanties ! 

Après une bonne partie de rigolade, nous arrivons au Mono Lake à 18h00.

Nous nous rendons au Sud du lac pour découvrir une zone dénommée South Tufa. Mono Lake a la particularité d'être alimentée par plusieurs rivières mais ses eaux ne peuvent s'en échapper autrement que par l'évaporation. Il en résulte donc une salinité 3 fois supérieure à l'eau de mer qui permet de flotter sans effort, un peu comme sur la Mer Morte !

Nous empruntons un agréable sentier de 1,5 km que nous parcourons dans un calme absolu.

Mono Lake est célèbre pour ses "tufas", d'étonnantes formations calcaires vieilles de 13 000 ans qui se dressent sur les berges. Celles-ci ont été formées par d'anciennes sources chaudes immergées. Depuis que 4 des 5 rivières alimentant le lac ont été déviées vers l'aqueduc de Los Angeles en 1941, le niveau est descendu à 15 mètres mettant à jour ces fameux tufas.

Nous avons bien fait de planifier cette visite en fin de journée car la lumière est particulièrement belle à cette heure et nous sommes seuls à en profiter.

Retour au parking où face à nous se dresse la chaîne volcanique des Mono Craters. Je motive Nella pour une dernière balade.

Après avoir suivi une piste sans indication à travers la pampa, nous arrivons au pied de Panum Crater. Ce volcan est le dernier formé de la chaîne. Sa dernière éruption remonte à 650 ans. D'ici on ne s'en rend pas bien compte mais vue du ciel, sa forme est plutôt originale (voir ici).

Depuis le rebord du cratère, nous avons une vue imprenable sur le dôme de lave solidifiée. Les volcans de cette chaîne ont la particularité d'avoir une lave très visqueuse qui, en refroidissant, se transforme en obsidienne.

Cette roche vitreuse et coupante est similaire à du verre noir. Je ramène un petit morceau de ce gros bloc en souvenir. Pour les amateurs de Game of Thrones, le Verredragon est en réalité de l'obsidienne !

Nous décidons de stopper notre exploration ici car le soleil décline derrière les sommets de la Sierra Nevada.

Nous quittons Panum Crater à 19h30 direction Lee Vining

15 minutes plus tard, nous arrivons au Murphey’s Motel où nous recevons un accueil chaleureux. La chambre est classique mais relativement bien tenue.

Après une douche salvatrice, nous nous mettons en quête d’un restaurant. Nous ouvrons le Guide du routard et, pour la première fois, une seule adresse est référencée. Il faut se rendre à l’évidence, nous sommes dans un trou…

Nous sommes encore plus sceptiques lorsque nous lisons le commentaire sur le Whoa Nellie Deli : "Cette véritable station-service est l’une des meilleures adresses du coin ! Ce deli abrite un authentique chef réputé dans la région". N’ayant pas d’autre choix, nous suivons les conseils du routard. Lorsque nous arrivons à 21h00, la station-service-restaurant est bondée de monde. Encore plus étonnant, ce ne sont que des locaux ! Nous commandons 2 burgers maison poulet-bacon-oignons sauce barbecue à emporter. Ce seront les meilleurs de notre séjour, un délice !
 

Ce soir-là, nous regardons la télé pour la 1ère fois de notre séjour avec, au programme, Pirates des Caraïbes 3. Suivre un film aux USA s'avère compliqué à raison d'une coupure pub tous les 1/4h !

Murphey’s Motel

Le Murphey's Motel est situé dans la petite bourgade paumée de Lee Vining. Sa position est idéale car c'est ici que commence la route qui s'élève vers la Tioga Pass pour traverser la Sierra Nevada et rejoindre le fameux parc national de Yosemite. Le Mono Lake est à 5min de route et 1/2h plus au Nord se situe l'incontournable ville fantôme de Bodie. Le motel tout en bois est quant à lui assez classique mais nous y avons reçu un très bon accueil et les chambres à la déco datée, sont très bien entretenues. Cet établissement ne propose pas de petit-déjeuner mais offre une réduction permettant de le prendre dans le bar voisin. Bref, une bonne adresse pour faire une étape dans cette région riche en curiosités !

Réservation ici : Murphey’s Motel

Miles parcourus : 352 (563 km)

Sunrise : 06h11

Sunset : 19h39