Jeudi 17 Août 2017
Tungulending > Laugar

Réveil à 7h15. Après un passage par la salle de bain, direction la salle commune pour un copieux petit-déjeuner servi sous la forme d'un buffet. Par la fenêtre, nous constatons que le temps ne s'est pas arrangé : il fait toujours aussi gris et le vent semble s'être levé car la mer n'est plus aussi calme qu'hier... Puis nous récupérons nos sacs de vêtements propres et chargeons les valises dans le coffre. Le temps de faire le check-out, nous quittons la guesthouse à 8h50. Nous avons rendez-vous à Húsavík à 9h00 donc j'appuie sur le champignon pour parcourir les 15km qui nous séparent de la ville. Lorsque nous arrivons à 9h05, il est trop tard. Le bateau vient de partir...

Nous nous dirigeons alors vers le bureau de la compagnie Salka Whale Watching, dépités à l'idée de devoir attendre 12h00... Heureusement, la compagnie possède un 2nd bateau et il reste des places pour la sortie de 10h-13h. Impeccable ! Nous allons donc profiter de cette petite heure pour nous balader dans Húsavík.

Capitale européenne de l'observation des baleines, Húsavík a connu un développement du tourisme grâce à cette activité au milieu des années 90.

Construite en 1907, sa magnifique église se dresse fièrement face au port.

Amusés par la façade, nous entrons dans ce magasin faire quelques emplettes.

C'est dans ce vétuste entrepôt décoré de nombreuses fresques, que se trouve le musée de la baleine. Il permet d'en apprendre plus sur les 23 espèces de cétacés présentes dans les eaux islandaises.

Nous revenons au port où mouillent de beaux voiliers dédiés à l'observation des baleines. Précisons que les cétacés n'ont jamais été chassés à Húsavík contrairement à d'autres villes islandaises.

A 9h45, nous nous rendons sur le ponton d'embarquement de la compagnie Salka où notre bateau nous attend. Nous avons opté pour le côté authentique de cette compagnie qui possède 2 petits bateaux de pêche. De plus, celle-ci s'engage à respecter un certain périmètre autour des baleines afin de les perturber le moins possible dans leur environnement. Ce dernier point était très important pour nous après avoir lu des retours où certaines compagnies semblaient s'intéresser davantage au show qu'au bien-être des animaux...

Sur le bateau, nous sommes accueillis par Lucy, une jeune femme souriante et pétillante, qui sera notre guide durant cette excursion. Elle nous prévient que la mer est agitée et demande si nous avons pris des cachets contre le mal de mer. Ça promet d'être sympa !

 

Nous revêtons des combinaisons chaudes et imperméables pour la traversée. Notons qu'il fait 5°C et que nous allons naviguer sur l'océan Arctique !

Un autre bateau, plus gros, s'apprête à quitter le port.

Nous levons l'ancre à 10h00 pétantes. Nous nous installons sur l'un des blancs situés au centre du bateau. Notre guide prend le micro et nous explique le déroulement de l'excursion.

Les vagues s’intensifient lorsque nous entrons dans la baie. Le bateau tangue et l'eau commence à passer par-dessus bord, nous mouillant les pieds. Nous faisons face à des creux de 2-3 mètres ce qui est très impressionnant ! Nella panique et se rend à l'arrière du bateau où la vue est moins spectaculaire. De mon côté, je suis confiant et je me rends à la proue pour profiter des embruns. Mais au bout d'1h, je commence à me sentir nauséeux... D'ailleurs, la guide a déjà conduit plusieurs personnes malades à l'arrière de l'embarcation. Le bateau s'arrête et Lucy nous explique que le capitaine est à la recherche d'un rassemblement d'oiseaux. En effet, qui dit oiseaux dit banc de poissons donc potentiellement baleines ! Au bout de 20min, le bateau redémarre et accélère dans un nuage de mazout. Nous apercevons d'abord des jets d'eau puis 4 baleines remontent à la surface et plongent en déployant leur large queue. La guide nous explique qu'il s'agit de baleines à bosse mesurant 14m de long et pesant 25 tonnes !

Malheureusement, difficile pour nous de profiter du spectacle : Nella, terrorisée, est cramponnée à la rambarde tandis que je vomis par-dessus bord accompagné d'une dizaine de personnes ! Nous suivrons ce groupe de baleine durant 1h sans pouvoir faire une seule photo... Parfois nous les verrons de très près, à quelques mètres seulement du bateau ! Nous sommes surpris par la placidité de ces géants des mers qui sautent hors de l'eau uniquement à la saisons des amours (juin). La pluie commence à tomber et la compagnie nous distribue des cirés à enfiler par-dessus nos combinaisons. A 12h00, voyant qu'il commence à y avoir de plus en plus de personnes malades, la guide propose d'écourter la sortie et de rentrer au port. Pour la plupart d'entre nous, c'est la délivrance ! Je tiens à peine sur mes 2 jambes et suis pris de vertiges... Retour au port à 12h45. Lorsque nous saluons Lucy, celle-ci me déconseille de conduire pour la journée, le temps de reprendre contact avec la terre ferme. Tu m'étonnes !
 

A défaut de photos, voici un petit film de la compagnie Salka qui donne un aperçu de notre sortie.

Nous filons nous mettre au chaud dans le Duster et attendons que ma tête s'arrête de tourner. Nous en profitions pour débriefer sur cette sortie éreintante mais ô combien magique ! Nella m'avoue avoir été très émue à la vue de ces fascinants animaux...

Nous mesurons tous deux la chance que nous avons eu de voir des baleines à bosse de si près ! Souvent, les touristes observent des baleines de Minke qui sont beaucoup moins impressionnantes. Finalement, le seul point noir de cette sortie aura été la météo. D'ailleurs, la sortie du demain sera annulée à cause d'une mer trop agitée et d'une météo exécrable.

1h plus tard, Nella s'intalle au volant et s'arrête commander un cheesburger/frites dans un fast-food à Húsavík. Inutile de préciser que je m'abstiens et me contente d'un coca bien frais. A 13h45, nous prenons la route direction le lac Mývatn.

A 15h00, nous marquons un arrêt à Grenjadarstadur. Il s'agit de l'une des plus belles fermes traditionnelles à toit de tourbe d'Islande mais aussi l'une des plus vastes (775m²).

Construite au 19ème siècle, une trentaine de personnes y vivaient.

Au moins, je ne risque pas d'avoir le mal de mer !

Nous reprenons la route et après 40km, nous arrivons à Reykjahlíd à 16h00. Avec ses nombreux services et hébergements, ce village entièrement dédié au tourisme est un camp de base idéal pour visiter la région du lac Mývatn. Nous nous rendons au Visitor Center pour obtenir une carte des environs. Initialement, nous avions établi un circuit précis pour faire le tour de Mývatn mais c'était sans compter sur cette météo exécrable ! Nous décidons de nous rabattre sur les rares endroits abrités du parc : les grottes.

Nous reprenons la voiture direction Stóragjá située à quelques minutes de là. Sur le parking, ce panneau nous rappelle qu'en Islande, il ne faut jamais attendre d'être sur la réserve pour faire le plein !

La pluie s’intensifie et le vent se lève. Heureusement que n'avons que quelques dizaines de mètres à parcourir pour accéder à la grotte !

Nichée au cœur d'une large crevasse, cette grotte inondée est une ancienne poche de gaz formée sous une coulée de lave. Devenue impropre à la baignade en raison de la présence de bactéries, la source de Stóragjá a vu sa température baisser sensiblement (29°C). Reste que son accès se fait via une corde qui conduit directement dans l'eau !

Nous nous rendons ensuite à la grotte de Grjótagjá. Nous constatons que l'endroit est ultra-touristique et pour cause : c'est dans cette grotte qu'a été tournée la scène d'amour entre Jon Snow et Ygritte dans la saison 3 de "Game of Thrones". En attendant que la grotte se vide, nous grimpons sur les rochers juste au-dessus pour observer l'impressionnante faille d'où s'échappe de la vapeur.

Puis nous pénétrons dans la grotte traditionnellement réservée aux femmes (à gauche depuis le parking) et découvrons un endroit magique... Suite aux éruptions de 1975 et 1984 du volcan Krafla, la température de cette eau saphir s'élève désormais à 50°C. Trop élevée pour un bain prolongé mais on peut y tremper les pieds !

Puis nous nous glissons dans la 2nde grotte réservée aux hommes. A l'entrée, un panneau nous avertit que des rochers peuvent se décrocher de la voûte à tout moment...

Celle-ci est encore plus belle que sa sœur car la lumière y pénètre davantage. L'eau chaude, d'un bleu hypnotique, dégage des volutes de vapeur créant une ambiance fantomatique.

Lorsque nous regagnons le parking à 17h30, la pluie n'a pas cessé... Nous décidons d'en rester là pour aujourd'hui et préférons rejoindre le charmant cottage que nous avons réservé pour ce soir.

Sur la route, nous nous arrêtons au bord de ce lac artificiel d'un bleu laiteux situé près d'une centrale géothermique.

Nous nous arrêtons à la supérette de Reykjahlíd afin de faire quelques courses pour la soirée. A la caisse, le caissier ne répond à aucune de nos salutations et se contente de nous demander si nous voulons un ticket. Honnêtement, nous commençons à trouver les islandais très lourds... Nous avons beau essayer de parler le meilleur anglais possible, d'être souriants et polis, rien n'y fait ! Bref, nous quittons ce supermarché à l'accueil déplorable et prenons la route pour rallier notre cottage situé à Laugar.

1/2 plus tard, nous arrivons aux Einishus Cottages. Nous récupérons les clés à l'accueil puis prenons possession des lieux.

Nous nous sommes autorisés une petite folie en louant ce gîte et nous ne sommes pas déçus ! Ce dernier est clair, spacieux et pratiquement neuf ! Quant à l'environnement, nous sommes en pleine nature et le premier village se situe à plusieurs kilomètres.

Le soir, nous profitons du barbecue à gaz pour faire des grillades que nous savourons après 2 semaines de nourriture à base de sandwichs au pain de mie et de plats lyophilisés ! Nous passons le restant de la soirée à nous prélasser au chaud dans le jacuzzi alors que dehors, la météo vire à la tempête !

Distance parcourue : 130km

Sunrise : 04h54

Sunset : 21h27

Einishus Cottages

Véritable coup de cœur, ces cottages modernes sont idéalement situés à 15km des chutes de Godafoss, 30km du lac Mývatn et 60km d'Akureyri. Ces derniers sont clairs, spacieux et comportent de larges fenêtres ouvertes sur la campagne islandaise. La pièce à vivre dispose d'une télévision à écran plat ainsi que d'une cuisine entièrement équipée. A l'extérieur, la terrasse comprend un barbecue à gaz ainsi qu'un jacuzzi. Linge de lit et de toilette fournis. N'oubliez pas de laisser un mot dans le livre d'or ;-)

Réservation ici : Einishus Cottages