Mercredi 9 Août 2017
Skeida og Hrunamannavegur > Landmannalaugar

Réveil à 8h30 après une bonne nuit dans notre chalet cosy. En ouvrant les rideaux, nous constatons avec soulagement que le soleil est de retour. Autre bonne nouvelle, nos vêtements trempés de la veille ont fini par sécher. Cette journée se présente sous les meilleurs auspices !

Nous prenons notre petit-déjeuner, bouclons nos valises et laissons la clé du chalet sur la table. Départ à 10h00 direction Geysir.

Sur la route, nous apercevons des bottes de foin enrobées de plastique coloré qui ressemblent à des chamallows. Durant notre séjour, nous nous amuserons à photographier de nouvelles couleurs afin de compléter notre collection ^^

Arrivée à Geysir à 10h45. Encore une fois, le parking est bondé de monde. A l'entrée de la zone géothermique, un panneau indique que le site sera rénové en 2018. Nous comprenons vite que ce ne sera pas un luxe : pavés défoncés, simples cordons pour délimiter les zones dangereuses, eau chaude qui coule directement dans les allées... On est loin de l'infrastructure de Yellowstone !

Le parcours est jalonné de sources chaudes où chacune possède son petit nom.

Alors que nous faisons le tour des bassins, le geyser se réveille au loin. Le spectacle ne dure que quelques secondes mais le bruit et le débit sont impressionnants !

En parlant de geyser, voici justement Geysir qui a donné son nom à ce phénomène volcanique. Le mot geysir provient en effet du verbe islandais gjosa qui signifie "jaillir".

Autrefois, il projetait de l'eau à plus de 170m de haut ce qui en faisait le plus grand geyser du monde. Éteint durant de longues années suite à des mouvements de terrain, il a été partiellement réactivé par un tremblement de terre en 2000. Loin de son panache d'antan, il ne jaillit aujourd'hui qu'occasionnellement (tous les 2 à 3 jours) et à des hauteurs moins impressionnantes (de 15 à 20m).

Nous nous dirigeons ensuite vers son voisin bien plus actif : Strokkur. Celui-ci se donne en spectacle toutes les 5 à 10min environ, explosant à une hauteur de 20 à 35m. Pour le trouver, c'est simple : suivez la foule !

La taille du cratère de Strokkur est impressionnante ! Nous réglons nos appareils en mode rapide, bien décidés à décomposer le processus de jaillissement du geyser.

Après plusieurs tentatives ratées, Nella parvient enfin à immortaliser l'énorme bulle au bleu hypnotisant qui se forme avant d'exploser violemment à la verticale. Elle n'est pas peu fière !

De mon côté, je suis également satisfait du rendu !

Soudain le sol vibre, gronde, et la colonne d'eau jaillit puis retombe instantanément en une fine pluie. Pas de doute, ici la terre est vivante.

Nous quittons Geysir à 11h30 avec une impression mitigée. Hormis Strokkur, le site en lui-même ne mérite pas plus d'1/2h de visite. Sans vouloir faire les blasés, difficile d’apprécier Geysir à sa juste valeur après avoir visité le parc national de Yellowstone...

Nous reprenons la route direction Gullfoss où nous arrivons 1/4h plus tard. Sur le parking, nous tombons nez-à-nez avec ce camion/bus de tourisme adapté à la rudesse de la nature islandaise !

En sortant de la voiture, nous sommes accueillis par le grondement sourd de la "cascade d'or". Après quelques minutes de marche, nous découvrons la majestueuse chute de Gullfoss. Whaou !

Ce véritable fleuve chute de 32m puis plonge dans une étroite fissure. La puissance de l'eau projette un brouillard d'écume en contrebas.

Nous décidons ensuite de nous rendre sur le point de vue situé au-dessus de la cascade. Optimistes, nous descendons vêtus de simples polaires mais une fois en bas, nous nous prenons une véritable douche ! Un conseil : courez ou enfilez un K-Way ^^

Vu de près, le débit de la cascade est encore plus impressionnant ! Nous avons du mal à communiquer tellement le bruit est assourdissant.

Après 1/2h de contemplation, il est temps de partir. Nous quittons Gullfoss et reprenons la route 30 où nous sommes stoppés 500m plus loin par une centaine de chevaux islandais en transhumance !

Nous marquons ensuite un arrêt à Fludir pour faire le plein d'essence et de denrées, en vue des 2 nuits de camping à venir. Puis nous bifurquons sur la route 32 qui permet d'accéder à la région des Hautes Terres.

Au croisement, nous tombons sur ce panneau de signalisation islandais à la lisibilité somme toute discutable...

Un peu plus loin, nous croisons un petit panneau indiquant une curiosité. Nous décidons de le suivre. Au bout de 1km, nous arrivons à ce point de vue dominant la vallée de la Thjorsa. Avec ses 230km, cette rivière est la plus longue d'Islande. Sur la droite, on aperçoit les pentes encore enneigées du volcan Hekla.

A 14h30, nous voici arrivés sur le parking de Hjalparfoss. Pas un touriste à l'horizon, nous avons le site pour nous tout seuls !

Cette double cascade s'écoule dans une grande vasque, entourée d'orgues basaltiques. L'ensemble forme un cadre vraiment très joli !

Après 1/2h sur place, nous reprenons la route direction le site de Stöng situé 2km plus loin. Cette ferme viking à toit de tourbe est une reconstitution datant de 1974. L'originelle, se trouvant à quelques kilomètres d'ici, fût construite au 10ème siècle et détruite en 1104 au cours d'une éruption de l'Hekla.

A côté du bâtiment principal se dresse cette ravissante petite chapelle.

Pour notre prochaine destination, fini le bitume, nous empruntons la piste 327 pour nous rendre au cirque de Gjain. Nous y arrivons 30min plus tard et descendons aussitôt explorer cet endroit paradisiaque.

Une fois en bas, nous sommes à l'abri du vent. Détail non négligeable quand on connaît la vigueur et l'omniprésence du vent islandais !

Nous avons un coup de cœur pour cet endroit avec sa végétation luxuriante et son dédale de cascades. Et quelle photogénie !

Ramener LE cliché exige parfois de se mouiller !

Le cirque de Gjain a été façonné par l'érosion de la roche volcanique, comme en témoignent ces colonnes de basalte.

Nous profitons et explorons chaque recoin de ce lieu magique.

Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin... Nous quittons Gjain direction Haifoss située à une dizaine de kilomètres de là.

Pour s'y rendre, nous empruntons une piste secondaire qui devient de plus en plus pierreuse à mesure que nous avançons.

Arrivée à 17h00 sur le parking qui offre une vue magnifique sur le volcan Hekla. Culminant à 1491m, c'est le plus actif d'Islande. Depuis 1104, on dénombre pas moins de 20 éruptions destructrices (la dernière date de 2000). Pas étonnant que les islandais l'aient baptisé "la porte de l'enfer" !

En sortant de la voiture, nous sommes accueillis par de violentes bourrasques de vent et un petit 10°C. Transis, nous enfilons nos vestes coupe-vent par-dessus nos doudounes. Dans ces moments-là, nous regrettons de ne pas avoir emmené nos bonnets !

Après une courte marche, nous arrivons devant Haifoss. Sujets au vertige s'abstenir car la chute plonge dans un vertigineux canyon ! Nous sommes scotchés devant ce spectacle, difficile de retranscrire cette sensation par écrit...

Avec 123m de dénivelé, Haifoss est la 2ème plus haute chute du pays.

Sa jumelle, Granni, n'en est pas moins impressionnante.

Nous sommes tous deux sous le charme de ce contraste minéral / végétal qui crée un magnifique camaïeu de vert et de noir. D'ici, on distingue très bien l'empilement successif des différentes coulées de lave.

A 18h00, il est grand temps de partir car nous avons encore de la route pour rallier le massif du Landmannalaugar.

Nous reprenons la route 32 puis, après une vingtaine de kilomètres, nous nous engageons sur la première F-road du séjour : la mythique F208. Ces pistes de montagne sont exclusivement réservées aux véhicules 4x4. Inutile d'essayer de frauder, des patrouilles contrôlent régulièrement et verbalisent lourdement les conducteurs imprudents !

Cette piste de sable noir traverse des paysages de toute beauté. Quelques montagnes vertes émergent de cet univers minéral.

Nous croisons beaucoup de monde sur cette piste, notamment des tours opérateurs ramenant leur flot de touristes jusqu'à Reykjavik.

Plus nous avançons, plus la piste devient chaotique. D'ailleurs, quelques centaines de mètres plus loin, nous doublons une Hyundai i10 de location avec l'essieu avant cassé. Entre le coût du dépannage, la caution et le fait qu'il n'aurait jamais dû se trouver ici, ce touriste se souviendra longtemps de son séjour en Islande ! De notre côté, nous sommes agréablement surpris par les performances du Duster qui se révèle être un véritable franchisseur.

Alors que nous approchons du but, la route nous emmène sur une crête offrant une vue imprenable sur le lac Frostastadavatn. Notez cette impressionnante coulée de lave venue terminer sa course dans l'eau. Dehors, il fait 8°C et le vent souffle fort mais dieu que c'est beau...

De l'autre côté, changement de décor avec cette chaîne de volcans. J'aime particulièrement Stutur, le petit volcan aux proportions parfaites situé à droite de la photo.

Ça y est, le massif du Landmannalaugar est en vue ! On aperçoit au loin le camping situé au pied d'une immense coulée de lave. C'est là que nous allons passer la nuit !

Mais avant d'y accéder, il nous faut traverser un gué. Celui-ci n'est pas très long mais il semble assez profond. D'ailleurs, de nombreux véhicules n'ont pas tenté la traversée et se sont garés juste avant. Les moins téméraires peuvent ensuite rejoindre le camping à pied via un petit pont. Nella emprunte ce chemin pour photographier ce 1er franchissement !

Au moment de m'élancer, j'avoue avoir un instant d’hésitation... D'autant que plusieurs personnes sont là, appareils photos en main, prêtes à filmer la scène ! Allez, je me lance ! Il suffit de passer la 1ère, garder une vitesse constante et surtout, ne pas caler ! 

1er gué franchit avec succès !

Nous voici donc arrivés au camping du Landmannalaugar situé à 600m d'altitude. Il est 20h00 et il fait 7°C... Nous avons de la chance car le ciel est dégagé et il n'y a pas de vent. Bref, des conditions idéales pour camper dans ce lieu souvent réputé pour sa météo exécrable.

Après un passage par l'accueil où nous réglons 3200 ISK pour 2, il est temps de choisir notre emplacement. Le terrain est très humide mais nous finissons par trouver une place saine. Le montage de la tente est une formalité expédiée en une dizaine de minutes. Au passage, nous sympathisons avec un couple de français venus ici avec leurs 3 enfants. Ils sont arrivés la veille et ont prévu de visiter l'Islande en 10 jours en mode camping. Courageux, surtout par ce climat et avec des enfants en bas âge ! Ils nous avouent que les trombes d'eau de la veille ont eu raison de leur optimisme et de leur équipement, somme toute assez léger. Nous leur souhaitons bon courage pour la nuit !

Ensuite, nous rejoignons les abris à pique-nique pour un dîner à base de plats lyophilisés. L'endroit est bondé de monde mais nous trouvons une place à côté d'un couple d'allemands. Ce lieu est un joyeux melting-pot de nationalités et de tambouilles aux senteurs en tous genres ! A force de rester statiques, nous nous refroidissons. Nella, frigorifiée, s'est emmitouflée dans sa doudoune pour manger.

Notre festin terminé, nous achetons 2 tickets permettant d’accéder aux douches. 7min d'eau chaude pour 500 ISK par personne.

Il faut vraiment se motiver car le local des sanitaires est ouvert en grand sur l'extérieur... Une fois dans la cabine, il suffit de scanner son ticket pour que la douche démarre aussitôt. Par ce froid, l'eau chaude nous fait un bien fou !

En revanche, la propreté des sanitaires laisse à désirer. Certes, il y a beaucoup de monde mais le nettoyage n'est fait qu'une fois par jour, à 9h00 du matin...

Nous regagnons ensuite le terrain de camping où trônent pas moins de 6 tentes similaires à la nôtre. Il ne s'agit pas de se tromper !

A 23h00, extinction des feux. Nous sommes confortablement emmitouflés dans nos sacs de couchage spécial grand froid. Ces derniers ont une température de confort de -2°C donc nous ne devrions pas avoir froid !

 

Le camp est calme, nous nous endormons rapidement.

Distance parcourue : 232km

Distance parcourue sur piste : 53km

Sunrise : 04h56

Sunset : 21h52

Camping du Landmannalaugar

Idéalement situé au pied du massif du Landmannalaugar, ce camping au confort sommaire dispose tout de même de quelques commodités. WC, douches, lavabos, coin pique-nique et snack-épicerie dans 2 vieux bus reconvertis pour l'occasion. Votre expérience ici sera en grande partie dictée par la météo. N'oubliez pas de prendre des duvets avec une température de confort proche de 0°C car l'ambiance peut-être glaciale ! 

Prix : 17€/personne douche comprise                                          Pas de réservation, paiement sur place